L'ART DU PORTRAIT

L'ART DU PORTRAIT
L'ART DU PORTRAIT. Bronzino, portrait de Laura Battiferri

Antoine Giacomoni et Philippe Kilikini






(C)   A. Giacomoni



Linden Garden, Londres.

"Portraits à travers le miroir" page 24

Philippe Kilikini
Janvier 1982
Bassiste, compositeur, chanteur
 et Producteur Français
Coll. D. Stass










リンデンガーデン、ロンドン。1982年1月には、
24ページの"鏡の国の肖像"
フィリップKilikini
ベーシスト、作曲家、歌手、プロデューサー、フランス
著作権 Giacomoni 
Coll. D. Stass























Congos - Congo Ashanti Back Image Of Congos - Congo Ashanti 
Click to supersize image of Congos - Congo Ashanti Click to supersize image of Congos - Congo Ashanti 


Musicians for Congos - Congo Ashanti

VOCALS: Cedric Myton
BACKING VOCALS: Watty Burnett, Roy Johnson
BASS: Philippe Quilichini
DRUMS: Santa, Sly
LEAD GUITAR: Lennox Gordon, Ernest Ranglin
RHYTHM GUITAR: Willie Lindo, Chinna
SAX: Tommy McCook
ORGAN: Keith Sterling, Harold Butler
PERCUSSION: Congo, Jones, Scully, Sticky


Production for Congos - Congo Ashanti

PRODUCED BY: Congos
RECORDED AT: Harry J, Aquarius
MIXED BY: Geoffrey Chung,


Nadette Duget
MIXED AT: Dynamic
ENGINEERED BY: Sylvan Morris, Mervyn Williams













Abum:
"Image of Africa"
Congo
© Photo: A. Giacomoni 1979




(...) J'aurais pu m'en tenir là, les mains derrière le dos, le nez contre la vitre, au pire comme un poids mort, au mieux comme un spectateur avisé, mais cela aurait été sans compter sur l'audace et la désinvolture de Philippe Quilichini talentueux bassiste corse, âgé de 21 ans, l'ami à qui, de par sa transgression, je dois cette aventure, sans oublier aussi sa fiancée, la productrice Nadett' venue nous rejoindre plus tard en Jamaïque. Par son intermédiaire, il deviendra le bassiste de Congo, le trio musical qu'elle décide de produire. Par là même, elle fera de lui le premier bassiste blanc à être accepté dans un groupe de reggae jamaïcain.

Extrait de la préface de Reggae Jamaïca. Antoine Giacomoni.











Album:
 "Image Of Africa 1979"
Producer : Nadette Duget ; The Congos
Mixing Engineer : Mervyn Williams
Engineer : Mervyn Williams
Cover : Antoine Giacomoni
Vocals : Cedric Myton
Backing Vocals : Cedric Myton ; Watty Burnett
Drums : Fabian Cooke
Bass : Tony Allen ; Philippe Quilichini
Lead Guitar : Little David ; Lennox Gordon
Rhythm Guitar : Roy Johnson ; Little David
Organ : Harold Butler ; Owen 'Fox' Stewart
Piano : Owen 'Fox' Stewart ; Harold Butler
Percussions : Ras Menilik Dacosta ; Brother Joseph
Studios :
Mixing : Aquarius (Kingston, JA)







Copyright photo A. Giacomoni







































































Album:
Schizophrenia
Armande Altaï
 © Photo: A. Giacomoni










                                                                       SCHIZOPHRENIA 




                                                                            Au fond du miroir embué,
Tremble une poupée dénudée,

Cette poupée c’est moi

Et je m’appelle Schizophrenia.

                                               Je l’enroule dedans la laine.
Je l’anime et je la promène
                                         Et je la fais pleurer.
Elle parle, elle rit, elle est moi-même.                                     
Qu’est-ce que je fais, à quoi je sers
Prisonnière d’une statue de chair .
Cette poupée c’est moi
Et je m’appelle Schizophrenia.
Schizophrenia,
Esprit frappeur,
                                                                      Schizophrenia,
Eclat de peur,
Schizophrenia,
Tu es ma lueur.
Je la torture , je la fais belle.                                                          
Je la couche , elle se rebelle.
Et je la fais pleurer
Elle parle ,elle rit, elle est moi-même
                                    Qui sait comment je vais mourir ?
Et comment cela va venir ?
Quitterais-je ma poupée ?
Ou vais-je rester enfermée ?
Est-ce que tu te sens comme moi ?
Et toi, sais tu bien qui tu es ?
Cette poupée c’est moi
Et je peux te l’abandonner.
Schizophrenia,
                                         Esprit frappeur,
Schizophrenia,                   
Eclat de peur,
Schizophrenia,
Tu es ma lueur.
Esprit frappeur,
Schizophrenia,
Eclat de peur,
                                                         Schizophrenia,
Tu es ma lueur.                                     



Copyright: ( Armande Altaï / Philippe Quilichini)








































`







Nico et P. Kilikini
Londres
Copyright: A. Giacomoni
Coll. D. Stass













       








Nico, Nadett', kilikini
(c) A. Giacomoni
Coll. D. Stass





Sixty / Forty



Will there be another time
Will there be another time
Another year, another wish to stay?

Will there be another time
Will there be another time
Another year, another wish to stay?

When the evening light wants to be so bright
And the morning sound is out of sight
Can there be another word to say
Or do we have to give it all away?

Many moons have to be found
At certain times you'll hear them pound
You can hear the hell bells praying

Many moons have to be found
At certain times you'll hear them pound
You can hear the hell bells praying

It is for granted hear their saying
We are all enchanted staying
Focussing on running down the drain
When those tears are carved inside your brain

New York Lower East Side fame
In a golden circle game
New York Lower East Side frame
New York Lower East Side fame
In a golden circle game
New York Lower East Side frame
Standing everywhere around
The fastest way to be found
At least I've given it away
To keep it only would have made me stay

Will there be another time?
Will there be another time?

 copyright: Nico, Philippe KiLiKini







  Album:
HIGHWAY LOVE
Philippe Kilikini
Face A : Highway love
Face B : Viet-nam
Polydor 1983
© Photo: Antoine Giacomoni













Philippe Kilikini,
Bassiste du groupe Gongo.
Le premier bassiste blanc
à être intégré dans un groupe
Jamaïcain
© A. Giacomoni









Badie bassi



Sa véritable consécration, Philippe Quilichini l'a gagné un soir sur scène à Kingston. Face à un public exclusivement noir, alors qu'il accompagnait Congo.
Les musiciens additionnels au lieu de jouer normalement les morceaux du répertoire du groupe, avaient subitement tout changé, on ne reconnaissait plus rien, le concert se transforma en un concours de musiciens où il fallait piéger le blanc, en un défi, un duel digne des improvisations historiques de l'âge d'or du jazz en Amérique, où celui qui ne pouvait pas suivre se faisait jeter sans pitié. Philippe a tenu bon jusqu'au bout.

Comme un jeune dieu dans un stade, il a su relever relever cette épreuve. A la fin, le public s'est levé et l'a ovationné, les spectateurs et les musiciens lui on serré la main, ils l'ont surnommé "Badie Bassie" (Super Basse) ; à compter de ce jour, il fut accepté par tous les musiciens de l'île; c'en était fait de son intégration.

Texte: Antoine Giacomoni extrait de : "Reggae Jamaïcain Antoine Giacomoni "
copyright: édition Horizon Illimité, Antoine Giacomoni 2004.





















°