L'ART DU PORTRAIT

L'ART DU PORTRAIT
L'ART DU PORTRAIT. Bronzino, portrait de Laura Battiferri

Antoine Giacomoni. La Corse à travers le miroir. Le livre.




Textes et photographies copyright: Antoine Giacomoni et La Marge Edition.

 "La Corse à travers le miroir" extraits choisis par Antoine Giacomoni et Denis Stass.







Antoine Giacomoni
La Corse à travers le miroir
A Corsica, franchendu u spechju






Initiateur du projet d'édition:
José-Louis Bocquet
Photos, concept et textes:
Antoine Giacomoni
Ouvrage publié sous la direction de :
Jean-Jacques Colonna D'Istria
Mise en page:
Paul Pedinielli
Script girls:
Solange Rossi
Corinne Sarocchi
Traduction langue Corse:
E due Patrizie
recherche généalogique:
Louis Giacomoni
Tirages photographiques:
Denis Stass, pour
Mandrake productions
Infogravure:
Simon Benoit
Scanneriste:
Eric Guillaume
Copyright 2001 La Marge Edition
Ajaccio Corse
ISBN: 2-86523-148-8
Avec la participation de
la collectivité territoriale de la Corse




Pour Fred Morvan

à la mémoire de
Philippe Kilikini,
Nadett' Duget,
Benoit Delafon,
Nico,
Jacques Robaglia,
Jean-mi Marchetti,
Antoine Graziani,
Mamma Rosa



Dédié à
Ange et Annonciade mes parents.














En bas dans la plaine au bord de la mer le printemps est déja commencé, ici sur les hauteurs l'hiver s'achève doucement. Mars 92 : installation du miroir en Castagnica à Valle d' Alesani, village sentimentalement neutre, ce n'est ni celui de mon père, ni celui de ma mère ni le mien mais le bon choix tout de même. Avec les habitants d'ici que je découvre, méditant les vers de Rilke: "l'oubli est profond pour qu'aille profond ceux qui se souviennent." mêlés à ceux de Saint John Perse: "Sinon l'enfance qu'y avait-il alors qu'il n'y a plus?" des moments enfuis que je vais tenter de restituer à travers ce miroir, à travers leurs visages l'espace d'un temps de pose, rebondir intérieurement aux temps de la lumière dorée des lampes à pétrole de la bergerie de Borgo Revinco dépourvue d'eau courante et d'électricité; dans sa cour de terre battue si propre,délimitée par une citerne considérée trop dangereuse pour moi, frontière à mon aire de jeu... d'enfant. Il y a aussi un poulailler ou ma mère m'envoie souvent chercher des oeufs pour ma soeur et mes frères je m'y précipite, c'est son astuce à elle pour s'éclipser discrètement. Quand je reviens mes petites mains pleines de mon fragile butin, elle est déjà partie et encore une fois je pleure toutes les larmes de mon coeur. Heureusement ma grand-mère sait me consoler, tout rentre dans l'ordre, j'oublie tout jusqu'à sa prochaine visite. En attendant je redeviens l'enfant unique, aimé de ces lieux silencieux et de cette grand-mère: Mamma Rosa, c'est son nom quand on parle d'elle quand on l'évoque, mais quand on s'adresse à elle directement lorsque je l'appelle c'est... "Ma", ô mà"...





Quaiò in piaghja spunta digià u veranu, quì in muntagna, compie l'inguernu, pianu pianu... Marzu 1992: pongu u spechju in Castagniccia in Valle d'Alisgiani, paese duv'è ùn aghju nisuna lea; ùn hè ne quellu di babbu, nè quellu di mamma, nè puru u meiu, ma cù a ghjente ch'ò scopru quì, a scelta mi pare bona. Mediteghju annantu à i versi di Rilke: " Hè prufonda a dimentichera, da ch'elli vachinu prufondu quelli chì s'arricordanu", ci si mischjanu quelli di Saint John Perse " S'ella ùn fussi a zitellina, chì c'era tandu ch'ogje ùn ci hè più?" Pezzi di stonde affundate ch'eo pruveraghju à ricaccia da issu spechju, da i so visi, u tempu d'una posa. Vultà à quelli tempi di a luce innurata di quelle lampane à petroliu di i stazzi Borgu Rivincu senza acqua nè lume; in piazzile cusì pulitu, cunfinatu da una cisterna troppu periculosa per mè, fruntiera di a mo aghja ludica. Ci hè dinù u pullinaghju duv'ella mi manda spessu mamma à circà l'ove pè a mo surella è i mo fratelli, ci corgu, ghjè a so scusa à ella pè scappassine à l'appiattu; quand'o voltu, e manucce colme di issu tesoru preziosu, hè digià partuta è una volta di più pienghju tutte e lacrime di u mio core; furtuna chì mamone sà cunsulà è tuttu s'acconccia è mi scordu di tuttu finu à a prussima visita. In tantu tornu u figliolu solu, tenutu da issi lochi silenziosi è da issa mamone: Mamma Rosa, eccu cum'ella s'ammenta , ma quandu a chjamu ghjé " Mamma ò mà"...
(A suivre) 





Sébastien
LYONS- GRAZIANI,
le château, MIOMO
Copyright A. Giacomoni
Coll. Denis Stass



Sa chevelure est un panaché de trois couleurs, gris argenté sur les tempes, le front et le haut de la tête, brun à partir de la base de la nuque, il y a du blond dans la spirale de son chignon. Elle a le regard vairon, l'oeil gauche bleu délavé et le droit marron. Elle a le teint rose comme  son prénom, les bras vifs, actifs, les manches retroussées jusqu'au dessus des coudes. Grâce à un détail je me remémore ma taille, je sais combien je mesure debout sur mes deux pieds je suis loin de toucher de la tête le plateau de bois où repose sa machine à coudre Singer, toise de fortune sous laquelle je me réfugie jouant avec la roue de métal ouvragée - en fait la poulie qui relie le câble au pédalier - mais pour moi cette roue c'est la barre d'un vaisseau de rêve.
Quand je suis "annuchjatu" mama Rosa me fait "a razione" pour chasser le mauvais oeil. Elle trempe son index dans le réservoir de la veilleuse qu'elle secoue au-dessus d'une assiette creuse remplie d'eau et les gouttes d'huile en tombant dessinent les auréoles. Que présagent ces figures qui surnagent? J'observe son visage, le mouvement ininterrompu de ses lèvres d'où ne sort aucun son, le va et vient régulier de sa main droite qui part du front à  la poitrine et d'une épaule à l'autre et ainsi de suite. De sa main libre, elle enserre ma tête pendant que d'autres gouttes d'huile en tombant font de jolis dessins sur l'eau.  Elle baille, je vais mieux il n'y a qu'elle et moi, je suis tout pour elle, cet amour m'inonde, je retourne à mes jeux, à ce silence, à notre solitude à notre état de grâce. Il reste une scène, aussi la plus belle peut-être gravée dans ma mémoire....
(A suivre)




Mamma Rosa
Copyright A. Giacomoni


A so cappilera hè un mischju di trè culori, grisgiu argentu nantu à e funtanelle, a fronte è a cima di u capu, neri da u tupezzu à cullà, ci hè dinù u biondu ind'è l'intreccio di u so ciuffu. U so sguardu hè vairone, l'ochju mancu turchinu chjaru è u dirittu castagnu. U carnatu hè rosulu, e bracce toste è attive, maniche cullate finu à i goiti. Un detagliu mi face sapè quantu sò altu, mi stò arrittu sottu a tavula di legnu duv'ell hè posta a mascina à cosge Singer, ùn toccu ancu di capu quassù ! hè u mio rifugiu è mi ci ghjocu cù a rotula di metallu ricamata. Hè difatti a tagliola chì unisce u canapu à u pedaliere ma per mè issa rotula hè u timone d'una nave di sognu.
Quandu sò annuchjatu, mama Rosa mi face a raziona pè caccià l'ochju, ciotta l'indice in a vascuccia di u luminellu à oglio è u scuzzula sopr'à un piattu cupputu pienu d'acqua, e goccie di l'oliu ind'è l'acqua facenu cherchji. Chì segnu sarà? Gardu u so visu, u muvimentu mai interottu di e so labre da duv'è ùn esce nisun sonu, u passa è veni regulare di a so manu diritta chì và da u pettu è da una spalla à l'altra. Cù a manu libera mi piglia u capu mentre l'ogliu sguttendu forma fiure ind'è l'acqua. Bocchipenzuleghja, mi sentu megliu, simu soli eiu ed ella, sò tuttu per ella, m'invade u so amore, è voltu à i mio ghjochi,à issu silenziu, à a nostra sulitutine...
Ferma una scena, forse a più bella stampata in a mo memoria....
(A suivre)






Annonciade
Copyright A. Giacomoni
Coll. Denis Stass



Je n'avais vu jusque là que des poules et des oeufs et ne sachant à l'époque faire le rapprochement qui s'impose. Je découvre pour la première fois sur la table après dîner dans une ambiance ambrée, la présence inattendue d'une couvée de poussins recouverts d'un duvet jaune très doux. C'était comme un rituel le baiser de mamma Rosa à chaque poussin je voyais leur petit bec s'enfoncer, disparaître, englouti dans sa bouche  en coeur. Je pensais que comme pour "l'ochju" tout ceci avait une signification, que ces baisers possédaient une vertu vétérinaire, qu'il s'agissait là peut-être d'une pratique visant par l'action de sa salive à desceller la partie supérieure de la partie inférieure du bec des petits poussins, fonction vitale et essentielle comme quand on coupe et qu'on noue le cordon ombilical d'un nouveau-né pour qu'il vive.
Cette idylle parfaite entre un enfant et une magicienne aurait pu durer éternellement. Jusqu'a ce fameux jour où n'en croyant pas mes yeux, après une énième scène des oeufs du poulailler et des larmes, ma mère revint sur ses pas.
Elle craque, elle m'emmène avec elle ainsi s'achève mon premier exil.
(A suivre)






Marlène PLATTAU,
le poussin, TOGA
Copyright A. Giacomoni
Coll. Denis Stass





 Findu à tandu avia solu vistu galline è ove ùn sapendu à l'epica trae e cunclusioni chì s'impunianu. Scopru pè a prima volta nantu à u tavulinu dopu a cena, in un imbiente ambratu, una cova di piuli da u piumicciu giallu dolce dolce. Era cum'è un rituale u basgiu di mamma Rosa ad ogni piulu, vidia u so bizzicucciu smarisce, inghjuttitu in la so bocca in forma di core. Pensava chì cum'è per l'ochju tuttu què avia un sensu, chì issi basgi avianu una virtù curativa, chì u sputu pudia staccà a parte suprana da a parte suttana di u bizzicu, funzione vitale indispensevule, cum'è quand'ellu si face u billicu d'una criatura da ch'ella campi.
Issu cantu d'amore perfettu trà un zitellu è una maga era pussutu durà l'eternità. Finu à quellu ghjornu chì dopu à a scena riprincipiata di u pullinaghju è di l'ove, a mio mamma vultò è mi purtò cun ella.
(A suivre)